l’amour l’après midi

2019

Entrer dans le rêve, ramener le drap sur vos yeux.

Depuis quelques mois, je m’absente dans la forêt pour faire des photographies. J’utilise un boitier moyen format, un filtre et des pellicules infrarouges, noir et blanc, que j’expose. Le givre des verts, les flocons déposés sur le feuillage suspendent le temps. De retour à l’atelier, je dessine pour revenir sur les lieux de ma pensée. Comme un voyage dans un renfoncement temporel vers une cité perdue.

Les compositions interrogent la précarité de l’existence, la fragilité du vivant et de la terre soumis à nos désirs collectifs d’expansion.